gruyeresuisse

17/12/2019

Neus Sola et les senteurs de Havane

Neus Sola.pngLe photographe barcelonais Neus Sola saisit des poupées de chair issues de lieux souvent refoulés voire honnis (gens du voyage). Elles deviennent des relais cosmiques et leur stabilité fixe la volatilité du temps et de l’espace. Il s’agit de foyers de présences et de transparences fluides. Ce sont des veilleuses qui donnent encore au monde un air d’attente.

Neus Sola 2.jpgSe retrouvent dans l'œuvre des scarabées d'or tout comme des puces d'air. Les deux permettent de reconnaître l'endroit où la vie se creuse, se mange du dehors et du dedans. Créer revient donc à décrypter une infinité de nymphes que nous ne voyons pas. Il faut donc rester dans la singularité des images. Elles sont franches du col, s’élèvent au-dessus de la pensée, ruinent l’angoisse du monde avec une douceur paradoxale qui change selon les moments de prise.

Neus Sola 3.jpgC’est à ce moment-là que le réveil a lieu. Il secoue les radoteurs et leurs bêtises qui ne se mesurent pas au nombre des années. Il n’y a pas de plus jeunes idiots que d’autres dans le fleuve des saisons. Certains s’y immergent, d’autres en émergent : le tout est de savoir si c’est dedans ou dehors qu’ils s’ennuient le moins. Face à eux Neus Sola continue de créer des moments forts mais cachés. Ils ne contiennent jamais de baby-blues ou des babioles. Juste des farandoles de gitanes qui sortent ailées de leur monde.

Jean-Paul Gavard-Perret

Neus Sola "Poupées"

10:30 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.