gruyeresuisse

10/12/2019

Surfaces de réparation, blocs de répartition : Angel Duarte

Duarte.pngAngel Duarte, "Paraboloïde Hyperbolique", Galerie du Griffon, Neuchatel, du 7 décembre au 26 janvier 2020.

"Paraboloïde Hyperbolique" présente l'importance de l'architecture et de la sculpture chez Angel Duarte. L'exposition propose les prototypes dont il s'est servi pour la réalisation d’oeuvres monumentales dans l’espace public suisse. S'y joignent des sculptures intrigantes en polystyrène ou d’acier qui l'ont mené vers l'art cinétique. De tels montages créent des effets de transparence et cela revient à créer une sorte d'aporie de la notion de surface. Il y a le lisse et ce qui s'y cache.

Duarte 2.jpgLa surface se dérobe et pourtant  une sorte de prurit interroge : la sculpture gratte, irrite le regard. Si les prototypes restent bien ordonnés surgissent néanmoins leur exaspération, leur saturation. Parfois, derrière le miroitant, émerge un granuleux particulier. Face à ce qui se dérobe ou s'entrouvre, apparaissent les aspérités de ce qui devient présence mais présence disloquée, déplacée, séparée. On peut donc parler de  surfaces de réparation et du lieu de la séparation.

Duarte 3.jpgL'artiste crée la dilution des qualités de surface et des qualités d'excroissances colorées. Elles provoquent des ombres là où le plan  surplombe et enfonce. Il y a des traversées - subreptices ou "irruptives".  Tout un travail subtil entre enveloppements, lambeaux et entrelacs nous contemple comme le "petit pan de mur jaune"  regardait Bergotte chez Proust.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.