gruyeresuisse

02/12/2019

François Burland et les innocents

Burland.jpgFrançois Burland - "oeuvres sur papier", Galerie LigneTreize, Genève Carouge, du 7 au 22 décembre 2019.

 

Influencé par les fresques de Giotto, Fra Angelico comme par le  «Massacre des Innocents» de Poussin, François Burland a choisi le collage en découpant des images des grands maîtres comme d'une certaine actualité afin de les recomposer : des aéronefs planent au milieu des anges et le premier cosmonaute (Youri Gagarine) - au besoin - protège l’enfant Jésus.

Burland 2.pngLes symboles communistes jouxtent Captain America. De telles références,  on s’en doute,  sembleront à plus d’un intempestives. Mais c’est le moyen de secouer autant le monde des images que les consciences. C'est aussi une manière de sacrifier les images naïves de l’évènement à une vision plus coruscante et à la violence sourde adaptée à un monde en bouleversements.

 

Burland 3.pngLes créations ne sont pas de simples fenêtres ouvertes sur le monde. Leur découpe renvoie à une obscurité par la luminosité et aussi un humour certain. La création devient même le lieu d’un rite de passage où tout s’inverse. Les œuvres sont des fables de situations anachroniques qui - reprises - brisent notre façon de voir et de penser. Elles sont ni le propre ni le figuré mais une zone où l'émotion crée moins le songe que la méditation. Là où les apparences sont mangées jaillit une poésie plastique forte en émulsions critiques.

Jean-Paul Gavard-Perret

Écrire un commentaire