gruyeresuisse

01/12/2019

Stéphane Sangral : le livre à venir , la pensée avenir

Sangral.jpgLa "Préface" de Sangral frise sans doute la perfection car l'écriture en sauts, gambades et bien plus épouse parfaitement le propos. A ce titre ce livre est le contraire d’un leurre mais il n'empêche en rien une sorte de jouissance de lecture. Bref l'auteur nous laisse pas sans "graal" même si celui qu'il offre défie la divinité de la philosophie comme de la littérature.

L'auteur sans souci démonstratif (ce qui reviendrait à créer une torsion douteuse à ce qu'il engage) crée une poussée suprême dans l’inconscient et "lalangue" chère à Lacan. La dimension critique de la pensée et de tout énoncé passe par une donnée essentielle et anti-essentialiste : "Penser et écrire l'impossibilité de véritablement penser et écrire l'impossibilité de véritablement penser et écrire". Tout est là. Et à cette aune la majeure partie des écrits devrait être reprise et corrigée. Voire jetée. A l'inverse dans ce texte  l'écriture devient le geste qu'aucune pensée ne précède. Elle permet en s'avançant de penser ce qui ne se médite pas encore et qui jusque là n'avait aucune formalisation.

Sangral 2.jpgSangral exprime  en conséquence avec brillant et alacrité ce que toute fabrication textuelle engage : elle est pure perte et pure dépense. Mais c'est ce qui permet à tout discours de se poursuivre. Sans cela il reste lettre morte. La séance demeure donc perpétuellement ouverte. La dernière page n'attend que la suivante. Non que le désespoir s’alimente d'une telle énergie mais parce que les mots en leur comment dire cache toujours un comment ne pas dire qu'il s'agit de reprendre et de dégommer. Tout penseur ou écrivant ne sera donc qu'un éternel traitre. Mais il peut devenir l'errant capable de brûler les vieilles guenilles des tyrannies du logos et de ses empreintes. Il s'agit de voir dans le noir à travers la page qui ne s'écrit pas encore mais qui appelle : encore vide elle est déjà ouverte.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Stéphane Sangral, "Préface à ce livre", Galilées Esitions, Paris, 256 p., 17 E..

Écrire un commentaire