gruyeresuisse

23/11/2019

"Libre(s)" au CACY : donner la main dans la nuit

Cacy.pngKarine Tissot et Barbara Polla,  "libre(s)",  CACY et Musée du fer de Vallorbe et Théâtre de le Tounelle à Orbe du 23 novembre 2019 au 9 février 2020.

 

Cacy 2.pngBarbara Polla - ici au côté de Karine Tissot -  poursuit sa défense et illustration des prisonniers. Et ce, quels que soient les motifs des privation de liberté. Voire même lorsque cet enfermement semble implicite. Souvent en effet le dehors est un dedans  et les corps eux-mêmes peuvent être privés - par exemple -  de leur vrai genre. L'exposition devient une manière de "donner la main dans la nuit des êtres". Aux certitudes de la bien-pensance, fait place la fécondité de la dialectique. Si bien qu'il arrive de se demander si les asiles ne sont pas faits moins pour enfermer les aliénés que pour les protéger des agressions du réel.

 

Cacy 3.jpgLes deux commissaires d'exposition poursuivent donc la question "D’où alors, peut venir la liberté ?". Elles savent qu'il n'existe pas de réponses univoques ou définitives. Les possibles clés fluctuent dans l'espace et le temps. Et les artistes de l'exposition le prouvent.

Cacy 4.jpg23 sont réunis  dont Robert Montgomery, Laure Tixier, Céline Cadaureille, Nikos Stathopoulos, Frank Smith, Robert Gonzenbach, Giovanni Battista Piranesi. Se formalise une proximité qui est moins lointaine que beaucoup l'imaginent. "Libre(s)" devient le roman vrai de celles et ceux qui évoquent combats, vexations, humiliations, mais surtout des victoires sourdes.  Peu à peu elles émergent car l'art permet ce passage.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.