gruyeresuisse

17/11/2019

Vivian Olmi : Sésame ouvre toi

Olmi bon.jpgVivian Olmi, " L'objet de l'exil", Till Schaap Editions, Berne, 2019

 

Les photographies de Vivian Olmi instruisent les relations qui suggèrent moins des tensions que des convergences entre plusieurs modalités temporelles et géographiques. Le fil de l’oeuvre se déroule sur le fond de permanence d’une image identique (un tableau noir).

 

Olmi 2.pngMais celles ou ceux qui s'y découpent en premier plan créent des surfaces changeantes qui sont capables de suggérer l’inexprimable et l’invisible qui  est pourtant approché par chacun des protagonistes exilés à l'aide d'un petit texte reproduit en fac-simile. Au regardeur ensuite, comme la créatrice, de trouver son chemin là où elle a infiltré - par sa bienveillance et son ordonnancement - un lieu de rappel mais aussi le tremplin à une utopie. Il est vrai que l'ariste a connu le même chemin : c'est contrainte de quitter son pays (le Chili) qu'elle est devenue citoyenne helvétique.

Olmi 3.pngL’œuvre incruste dans le langage plastique (accompagné de textes de témoignage et de commentaires) une célébration lucide et aussi un constat de solitude. Mais Vivian Olmi sait tirer des images autre chose que la nostalgie de l’éphémère. Surgit de chaque portrait une tendresse au moment où un lointain (induit par les vêtements des portraits ou des photographies dans la photographie) indique une proximité par le contexte des prises et de leurs "scénographies". Pour chacun des exilés c'est un symbole de leur sésame.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.