gruyeresuisse

16/11/2019

Marie Lise Rossel : le furtif et le fuyant

Rossel bon.jpgMarie Lise Rossel se sent parfoi consumée par le réel. Ses images permettent de faire jaillir ce qui demeure un état de dépendance que rappelle "l'Innommable" de Beckett : :"oui dans ma vie, puisqu'il faut l'appeler ainsi, il y eut trois choses, l'impossibilité de parler, l'impossibilité de me taire, et la solitude physique, avec ça je me suis débrouillé". Cette phrase demeure capitale d'autant que le narrateur précise : "je ne pouvais parler de moi, on ne m'avait pas dit qu'il fallait parler de moi, j'ai inventé des souvenirs".

Rossel.jpgLe doute existentiel est ainsi dépassé par des images qui deviennent des hypothèses vitales où le monde tente de se réanimer. Surgissent des lieux vides où des tables sont néanmoins dressées pour qu'une prolifération humaine viennent - un jour - les animer. Existent aussi des autoportraits où l'humilité remplace les prurits d'un égo qui s'afficherait.

 

Rossel 3.jpgPour chaque prise l'artiste rassemble, regroupe. C'est une manière de rameuter des forces disponibles. Il s'agit d'esquisser des zones d'ombres et de lumières non sans gravité et sens d'un rituel intime où la vitalité est sans cesse à reconquérir. Une mutation rampe dans l'espoir et la liberté sans que rien ne presse ou que rien ne s'impose d'emblée.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Commentaires

Raf et moi ,avons visionné l'article.
Que dire:Se faire connaître est très long ,et lorsque finalement cela arrive ,il y a de quoi se sentir fière
du travail accompli avec tant d'ardeur et de volonté afin d'être toujours au top...Alors:CHAPEAU Mademoiselle Rossel!!!

Écrit par : Paola | 16/11/2019

Les commentaires sont fermés.