gruyeresuisse

10/11/2019

Graziella Antonini : le geste et l'attention

Antonini.jpgIl existe dans l'oeuvre de Graziella Antonini des visibles hétérogènes apparemment incompatibles. Néanmoins loin de plans d'illusions ce sont des réalités qui se répondent d'une série à l'autre.

 

Antonini 3.jpgLa grande diversité des thèmes, lieux, genres (portraits, paysages) cherche à retenir ce qui est difficile à verbaliser. La "vraie" vie n'est jamais saisie de manière académique. La photographe ne cherche pas à témoigner d'un état particulier qu'il soit psychologique ou social dans ses voyages fictifs ou réels.

Antonini 2.jpgLa narrativité n'est pas plus le  centre de telles propositions. Graziella Antonini  préfère un "vois là" à un simple "voila" - dans le sens d'un "voila j'ai fait l'image" (Beckett). La créatrice réfléchit à ce qu'elle fait et ne se laisse pas glisser dans la facilité du langage. Elle la coupe sans se soucier des tenants ou aboutissants conceptuels. Et c'est là l'essentiel.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.