gruyeresuisse

19/10/2019

Vivian Maier : New York délire

Maier.jpgAu coeur de son anonymat Vivian Maier en a fini avec les vieilles légendes de la photo d'identité. Par la théâtralité et les sortilèges de ses portraits s'impose en lieu et place un horizon mystérieux . L'identité n'enferme plus le moi dans le leurre de la ressemblance. Apparaissent une autre intimité touchante et la raillerie profonde d'un monde que la trace traite par l'absence d'un "vanitas vanitatum" dont le photographe multiplie les échos. 

Maier 2.jpgPour Vivian Maier le "juste" portrait franchit le seuil de l'endroit où tout se laisse voir vers un espace où tout se perd pour approcher une renaissance incisée de nouveaux contours. Il y a là une cristallisation, une scintillation contre l’obscur.

Maier 3.jpgDès lors la créatrice a toujours couru un risque pour aller vers une création absolue par une sorte de perte de contact avec le réel comme envers la reconnaissance afin d'approcher le feu secret de l'être. Il s'agissait de s'extirper de l'apparence, de l"abîmer" afin de l'approfondir en des mises en scène paradoxales. Elles révèlent des schèmes élémentaires en diverses cérémonies intempestives fomentées dans des chambres noires d'où sortaient des bobines de pellicules restées secrètes et sauvées par miracle.

Jean-Paul Gavard-Perret

"Vivian Maier - Entre ses mains", Palazzina du Caccia di Stupingi, Turin, du 12 octobre 2019 au 12 janvier 2020.

Les commentaires sont fermés.