gruyeresuisse

19/10/2019

"Perdre voir" - Samuel Beckett

Beckett.pngDans la seule expérience cinématographique de Samuel Beckett, "Film", l'image n'est plus à l'image. Elle se dissout progressivement dans un avant goût de ce qui va se passer au sein de ses oeuvres télévisuelles ("Quad" et autres pièces). Après une course poursuite dont on ne connait ni la cause, ni le chasseur, l'action se passe dans la chambre de la mère de "O" , personnage incarné par Buster Keaton. L'homme reste rivé à la figure maternelle, il est sans avenir et retourne à une prostration finale, après sa vaine lutte pour échapper à l'image.

Beckett 2.png"O" se retrouve bientôt pris au piège de la caméra "OE", avant l'extinction finale du fondu au noir. Le héros est donc replongé dans un avant-monde, un monde d'avant que la lumière ne paraisse. L’affaissement lumineux qui clôt le film ne renvoie pas à une fin dernière mais première. "Film" inscrit l'histoire d'une figuration impossible. Le personnage reste, finalement, paralysé selon un choix de plans que l'essai filmique qui accompagne cette édition illustre.

Beckett 3.jpgEn toute connaissance de cause Beckett fait un retour inattendu au cinéma muet (ce protocole est grevé d'un seul mot). Pour le réalisateur, comme le remarque encore Noël Burch : "lorsque la parole synchrone arrive, elle contribue à créer aussitôt un processus plus plein". Or Beckett vise à créer un processus inverse. Et même si demeure encore dans "Film", l'illusion de réalité - que le cinéaste combattra plus systématiquement à travers les oeuvres télévisuelles -, il affaiblit les indices de réalité phénoménale. Non seulement le recours au cinéma muet, mais le choix du noir et blanc renvoient à un seuil d'émergence minorée de la réalité en une logique implacable. Tout se passe comme si, en choisissant l'image animée, Beckett tentait de retrouver ces "dissolving views" de la préhistoire du cinéma, mais où, ici, la disparition est portée à un point de non retour. L'objectif paraît évident : voir ce n'est plus percevoir (comme chez Berkeley) mais "perdre voir".

Jean-Paul Gavard-Perret

Samuel Beckett, "Film", Editions Carlotta, DVD, 2019

Les commentaires sont fermés.