gruyeresuisse

15/10/2019

Martin Mele emballements et amalgames

Mele.pngMartin Mele, «aires nuevos», Galerie Mark Müller,Zurich, du 26 octobre au 21 décembre 2019.

Martin Mele va vers les autres avec des manières et matières simples mais tout autant détournées. Il se dirige vers les genres (installations, sculpture) pour s’en éloigner entre pesanteur et légèreté.

Mele 2.pngL'iconoclaste rappelle que si «l’homme est plus sage que singe» (Nietzsche) il reste un primate. Et l’œuvre montre des contenants où le ridicule comme le sérieux planent sans forcément tuer. Sous cape des capharnaüm sont porteurs de symboles avec un effet bambi (le jeu) de l’autre le goût du carnassier broyeur d'images muséales.

Mele 3.pngLe sud-américain qui habite à Dusseldorf conçoit son travail comme une petite entreprise artisanale de la culture. Il prouve que si l’artiste ne peut être indépendant de l’organisation du marché, il peut s'y engager loin des copies conformes des genres et des matières classiques. Ses "emballements" deviennent des œuvres qui se "tissent" dans le seul sens de ses convictions et pour une vision qui se veut  thermomètre du monde puisqu'elle indique la température de notre société.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.