gruyeresuisse

11/10/2019

Clara Diebler : portraits sous influence

Diebler2.pngClara Diebler met du trouble dans le portrait. S'y distingue ce que celle ou celui qui est saisi voit. La créatrice cultive ainsi l'allusion et le mystère à travers ces jeux de faces et de contre-faces. Elle revivifie le langage photographique. En noir et blanc (et parfois en couleurs) les femmes sont soudain métamorphosées de mirages. Ils deviennent des "cosae" imaginaires, mentales par effet de réel dédoublé.

Diebler.jpgSurgit une féerie discrète. Dans des rues pavées, des passages, des intérieurs ou hors contextualisation,  la lumière est noire comme certains chiffons qu'on agite face aux événements que les humains ont pris l'habitude de nommer tristesse. Ici le songe sort des caves et va au grand air pour secouer ses vieux habits.

 

Diebler 3.jpgLes femmes,  parfois des hommes les accompagnent. Mais la plupart du temps, elles prennent en solitaire un bain dans le fluide du ciel. Comme chez Stendhal un miroir avance  le long d’une route mais ici dans le but d'approfondir la notion de cadre et de cadrage en une pénétration des ténèbres du pathos - état dans lequel qu’il le veuille ou non se trouve souvent l'être humain. Néanmoins, contre cette illusion passagère Clara Diebler impose une vision plus épiphanique au sein même de destins mystérieux. Le regardeur est saisi par une instance inconnue. La photographie et le corps font signe en ouvrant sur un regard d'attente.

Jean-Paul Gavard-Perret

Exposition, Corridor Elephant, Paris, Octobre 2019

Écrire un commentaire