gruyeresuisse

04/09/2019

Lorsque Louise Nevelson scannait le monde

Nevelson.jpgLouise Nevelson, Cortesi Gallery, Lugano.

Leah Berliawsky (aka Louise Nevelson) est née à Kiev en 1899 et décédée à New York en 1988. Sa famille juive dut émigrer aux USA en 1905 pour fuir les pogroms. L'artiste a grandi dans le Maine. Elle revint plus tard en Europe et fut assistante de Diego Rivera. En 1941 elle présente sa première exposition solo et souvent ses oeuvres s'affichent aux cimaises de l'exposition annuelle du Whitney Museum. En 1962 elle représente les USA à la Biennale de Venise et présente ses oeuvres dans le monde entier ( Moderna Museet de Stockholm, Walker Art Center de Minneapolis, Whitney Museum, Guggenheim Museum et MOMA à New York, Palazzo delle Esposizioni de Rome, Centre Pompidou de Paris entre autres).

Nevelson 3.jpgLa plasticienne demeure néanmoins scandaleusement oubliée. Ses oeuvres sont pourtant des écrins à hantises aux propriétés troublantes. Tout semble entrer dans le silence par bribes. Des traits s'y dissolvent, le temps est suspendu. L’apparentement laisse entrevoir des profondeurs plus ou moins énigmatiques dans un jeu de distances et de rapprochements diffractés. Le monde devient étoffe dans sa diaphanéité pour un paradoxal effacement dans un jeu de zones chromatiques propres à créer des déphasages dans une narrativité fluctuante. Il y a comme une buée soufflée sur la face du miroir pour de subtils halos au sein d’apparitions au bord de l’extinction, au bord aussi d’une renaissance.

Nevelson 2.pngRéalisés sur du bois ou du papier ses collages prouvent l'attention à la perspective et au chromatisme. Pour de tels "assemblages" l'artiste recueillait des morceaux de bois ou de métal dans les rues de New York. Dans ses sculptures il est possible de reconnaître de tels objets, mais l'artiste les transforme pour donner naissance à une forme particulière d'abstraction qui la fit reconnaître comme une post dadaïste influencée aussi par l'art pré-colombien. En dépit de telles références, l'oeuvre reste profondément originale. De telles images médusent. Le regardeur est traversé par une telle grammaire aussi élémentaire que sophitiquée. Preuve qu'une telle oeuvre ne peut se quitter.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.