gruyeresuisse

03/09/2019

Alberto Giacometti : exercices d'effacements

Giaco.jpgPatrick de Vries, "Alberto Giacometti and the Perception of Reality", Hatje Cantz, Berlin,

Patrick de Vries présente une sélection de dessins de Giacometti et les analyses à travers plus de cent lettres souvent inédites échangées entre l'artiste et ses parents. Il examine aussi les amitiés électives de l'artiste suisse : Pablo Picasso, Francis Gruber, Balthus et Tal-Coat. S'y ajoute aussi les affinités du créateur avec son ami le philosophe japonais Isaku Yanaihara et la fascination du premier pour l'art d'extrême orient.

Giaco 2.jpgCe livre illustre comment Giacometti a éteint tous les amas de matière et le trop de "figure". De Vries rappelle comment par le dessin se crée une figuration de l'infigurable qui reste néanmoins de l'ordre de la représentation. Un "quelque chose", une présence résistent : c'est l'oeuvre elle-même. Elle offre un ordre neuf, au seuil du noir par le graphite.

giaco 3.jpgC'est sans doute pourquoi Giacometti resta si proche par ses dessins du travail de Beckett. Ce dernier, en retour, y revient très souvent et est impressionné par cet "empêchement" qui taraude l'artiste. Celui-ci refusa d'appartenir à un monde de titans dont Picasso faisait partie. Giacometti à l'inverse préfère creuser l'image de rien, de personne. A travers ses lectures et ses rencontres il a pu approcher une forme de suppression et l'anéantissement du monde. Rares sont les artistes susceptibles de répondre à ce souhait. Ce livre nous le rappelle.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Commentaires

Giacometti cherchait le pur , le vrai , l'essentiel . Rien de superflu !
Et Beckett restait fasciné par un noir qu'il écrivait dans une quête semblable .
JPGP réunit les deux crayons.

Écrit par : Villeneuve | 03/09/2019

Les commentaires sont fermés.