gruyeresuisse

13/08/2019

Étienne Krähenbühl : plasticités

Krahen.png« Plastiques, Étienne Krähenbühl », CACY, Yverdon du 16 août au 20 octobre 2019

 

Le mouvement de l'Imaginaire dans cette exposition de Krähenbühl dépasse les présupposés traumatiques dont elle est issue. Il existe ici tout un jeu de transpositions et de déplacements d'un processus de perte. De septembre 2017 à septembre 2018, l'artiste a collecté tous les plastiques de sa consommation quotidienne pour produire des estampes. Du conditionnement de sa nourriture, en passant par les sacs à usage unique, l’artiste a réalisé plus de 700 impressions. Elles deviennent un compte-rendu de sa propre utilisation d'un tel matériau afin de permettre une réflexion sur l’écologie. Ce travail est certes engagé mais le résultat est poétique au sens premier du terme.

 

Krahen 3.jpgD'où la valeur fondamentalement héroïque d'une oeuvre qui transpose un état de fait mieux qu'un discours pourrait le faire. Contre le gaspillage et l'extinction de ce qui détruit l'artiste propose des images transmissibles et comme en a parte d'une perte programmée. C'est une manière de danser devant le temps pour lui demander qu'il soit autre que ce qu'il devient.

 

Krahen 2.jpgDans ce corpus lacunaire et silencieux un vacarme demeure. Au sein de l'image demeure ce qui émerge, ce qui fait surface, pour un long temps encore, car ces traces désespérantes remplissent jusqu'au vide océanique qui se remplit d'une sorte de sentiment de douleur : celle d'une fin probable ou d'un profond sommeil sans réveil mais dont l'oeuvre présente un appel à la survie pendant qu'il en est encore temps.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

Écrire un commentaire