gruyeresuisse

09/08/2019

Sylvie Valem : l'image qui tutoie sans tu à tutoyer

Valem.pngLa lumière noire hante l'Imaginaire de Sylvie Valem. C'est là et en dépit de la crainte du noir pur, comme du blanc pur, que se crée l'éloge de l'absence, d'un certain vide et du silence. D'où le grand paradoxe de celle qui est fascinée par les images mais qui tente de traverser les écrans des décors, de réinventer la vue et de rameuter l'inconnu.

Valem 2.jpgPour Sylvie Valem l'objectif est moins de découvrir de nouvelles images que de jeter la mémoire au vif des destinées là où l'être tout en restant présent est soustrait à sa capture. Ce travail rappelle une phrases d'un héros de Beckett :"J'avais appris à tout supporter sauf d'être vu" (in "Foirades III). Comme si chacun courait le risque d'un rapt figuratif. Dès lors la photo entretient avec son sujet un rapport décalé. Dès lors, même si de tous les arts, la photographie demeure celui qui ne peut se passer du réel, Sylvie Valem plutôt que de l'embrasser le porte au noir dans ce qui devient des ellipses de réalité.

Valem 3.jpgCe qui se "réfléchit" dans "Anamésie" n'appartient plus au domaine du leurre de l'apparence ou de ce que reproche Denis Roche à la photographie, à savoir "entrer dans la mort plate". Pour une telle créatrice le cliché est en abîme de monde et en son suspens. Le visage ne peut faire l'objet d'une prise. Et les corps comme les paysages "s'encendrent". Se crée néanmoins une étrange apparition : la vision n'est plus la possibilité de voir, mais l'impossibilité de ne pas voir ce "peu" qui reste et qui devient un tout. A savoir une image sourde mais capiteuse loin de toute réification au sein d'une absence programmée narrative et poétique.

Jean-Paul Gavard-Perret

Sylvie Valem, "Anamésie", Corridor Elephant, Paris, 2019, 32 E..

Commentaires

Bonjour Jean-Paul,
C'est avec plaisir que j'apprends que vous avez aimé mon livre, votre article me touche, est très sensible. J'espère en être à la hauteur.
Le travail est fait de doutes, d'avancées, de reculades et de petits pas au milieu du grand tumulte de la vie.
Vous pouvez sur mon site découvrir ma dernière exposition en Arles "53 rue Jean Rongière" où je réinvente, recrée le jardin oublié de mon enfance.
Vos mots sont beaux, profonds et imagés, c'est important pour moi d'avoir une opinion sur la manière dont peuvent être perçues mes absences.
Je vous remercie et vous souhaite une très belle journée
Sylvie

Écrit par : SYLVIE VALEM | 11/08/2019

Les commentaires sont fermés.