gruyeresuisse

06/07/2019

Les accords déplacés de Jean Tinguely

Tingueli 2.pngJean Tinguely, "Bricolages & Débri(s)collages", Galerie Philippe et Nathalie de Vallois, du 13 septembre au 20 octobre 2019

 

La galerie Philippe et Nathalie de Vallois - après avoir dévoilé en 2012 les "Méta Reliefs" et "Méta Matics" des années 50, puis en 2016 une sélection rare des sculptures dite de « la période des fous » des années 60 -  s’intéresse aux travaux des années 70. S'y conjugue  la fantaisie, la farce bref d'autres projets fous de montages animés et  pleins d'humour là où l'ustensile trouve un usage différent  que le matérialisme pratique auquel il semblait réduit.

 

Tingueli 3.pngSi bien que la pulsation est moins mécanique que vitale là où le ludique sans mesure ni syntaxe charrie des objets disparates afin que bouillonnent les instances classiques de représentation. Preuve que l'artiste suisse par ses récupérations reste irrécupérable. Frappant sur les tripes de fer et d'acier il fait sonner la matière pour interroger et secouer les âmes mortes.

 

Tinguely 4.pngBref il ne cesse de triturer, d'assembler, de surprendre par des accords et raccordements mal placés. Se créent l'étonnement et une forme de protestation face au monde tel qu'il est. La sculpture dans sa nouvelle discipline et ses techniques a soudain autant de cuisse que d'esprit au sein de chocs et discords qui ne cherchent plus la note bleue de l'art mais  garde comme objet à abandonner les visions fanées pour en offrir d'autres là où le dur déformé trouve un mimétisme particulier qui ramène par l'objet inerte ou en mouvements  aux profondeurs cachées.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.