gruyeresuisse

19/06/2019

Je ne vois que toit (LIII)

Prouvost.jpgLe rouge émis

 

Du feu ----------- le trait Il rapporte encore la brûlure. L'incendie se voudrait maîtrisé, mais la combustion suit son cours. La poussière de couleur, comme la bonne suie de Mary Poppins, fait trace. Quel est ce corps si ce n'est la ronce qui ne voit plus le jour sur la tombe de la mémoire ? On n'est rien, à personne, personne n'est rien ni au jour ni à la nuit. Si ce n’est de celle d’où on vient et vers laquelle on retourne au sein de galeries qui sont autant de labyrinthes. Aucune sentinelle ne peut y respirer. Restent les plis du coeur, les déchirures de l’âme. Tout tient en un paquet de nerfs. Un ange est passé dans la forêt des songes où nous nous égarons. Lieu seulement lieu. La chute fait son chemin dans le jeu des miroirs. Oui nous brûlons encore mais de quel feu et de quel bois ?

Lhéo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret).

Photo d'Elizabeth Prouvost

09:07 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.