gruyeresuisse

17/06/2019

Je ne vois que toit (LI)

Divoy bleu.jpgAime le mot dit

Chamois haut, chat oiseau, nègre blanc de l'Europe et fou de bassan, je tente de mettre un peu de celte dans le poivre des mythologies où infusent mes frères. "Aime le mot dit" disent-elles  chacune à leur manière mais cela tourne à l'aigre : Homère, puis Homais, et désormais oh merde !

Rita.jpgMa tête - comme celle des nouveaux rasoirs - est pivotante et j'ai l'âme flexible. C'est bien là le problème. Ne reste-t-il dès lors qu'à - du côté de Baden - badiner avec une fille au bas de l'aine fraiche ? L'imaginer Gilda qui mit le feu aux poutres - et quand je dis poutres je m'entends- des G.I s.

 

Rita 2.jpgA Shanghai la dame devint blonde. Welles en révéla sans le vouloir le vide existentiel à travers les miroirs d'une scène culte au crépuscule d'un amour bicéphale. La comtesse aux pieds nus ne fut pas elle. Mais elle se retrouva princesse d'un roi ami des femmes et du cheval. Il ne vaudra pas plus que son père. Carmen en Salomé slaloma dans ses propres remakes. L'alcool et le tabac la ridèrent sans retour d'autant que quelqu'un se cachait derrière. Alzheimer avait déjà brûlé sa mémoire et partit avec ses secrets au moment où Cannes ouvrait un de ses festivals.

Lhéo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret).

Collage Michèle Divoy.

15:15 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.