gruyeresuisse

30/05/2019

Jean-François Comment l'obstiné

Comment 2.jpgJean François Comment, "La figuration 1936-1953", Musée de l'Hotel Dieu, Porrentruy, "De la figuration à l'abstraction, 1953-1962"à (Halle des Expositions, Delémont, "L'aventure dans l'abstraction, 1962-2003). Monographie - coédition Fondation J-F Comment, Musées jurrassien des Arts de Moutiers, Musée de l'Hôtel Dieu, Porrentruy, 2019

Comment.pngDu plus précieux à l'intense Jean-François Comment a refaçonné le monde avec obstination par ses gammes de couleurs (du rouge à l'outremer). Dans un exercice de lenteur il a cherché un sens au monde par elles et leur épuisement afin de les harceler jusqu'à l'effacement. Le tout à la recherche d'un dépouillement monastique.

Refusant les règles et modes esthétiques de son époque il poursuivit sa quête, du figuratif à l'abstrait, pour rendre le visible dans sa réalité profonde par ce que la couleur pouvait révéler. Et ce, de reprises en reprises, en des gestes répétés dans l'épaisseur de la matière mais en un rapport charnel avec la nature.

Comment 3.jpgAttelé sans cesse à son travail d'atelier pendant des heures il y déployait, sans besoin de vacances, ses espoirs, ses visions fruits d'une constante méditation. Stylisation des formes, constructions cubistes, abstraction lyrique sont des éléments de son exploration picturale au sein des jeux de transparence que chaque expérimentation nourrissait - du monotype au vitrail. Il s'agissait de lutter contre l'apparence dans un mélange subtil des éléments premiers : terre des forêts du Jura, eau de la Méditerranée. Et le ciel dessus.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.