gruyeresuisse

16/05/2019

Maria Sauze et le burlesque californien

Sauze 2.jpgMaria Sauze hante les boîtes de nuit de Los Angeles pour photographier les danseuses d'un nouveau burlesque. Les saisir "c’est comme écrire de la poésie. Je capture le mouvement comme une métaphore pour exprimer la subtilité de "l’art de taquiner", comme j’utiliserais des mots pour exprimer l’empathie dans un poème." écrit-elle. Et elle y réussit parfaitement.

 

 

 

 

 

Sauze 3.jpgElle fait bouger des ombres jamais appesanties. Loin des sables humides de l'amertume la vie devient un roman photo. Mais pas n’importe lequel : un roman du regard dont les personnages divaguent. Leurs corps semblent n'offrir aucune résistance au plaisir de l'instant. L'effet de nuée contredit le réel. Existent des trajectoires inachevées et en suspens.

 

 

 

 

 

Sauze.jpgLa danseuse se révèle en son essence, elle y affirme sa différence comme présence puissante et immanente dans ses chorégraphies aguichantes et ludiques pour que, pendant un temps, s'oublie le dehors. Il n'y a rien à craindre et tout à rêver dans les courbes baroques de l'écriture photographique.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.