gruyeresuisse

12/05/2019

Marie Bovo : portes de l'Enfer et du Paradis

Bovo 2.jpgMarie Bovo, exposition solo, Galerie Laurence Bernard, Genève, du 16 mai au 29 juin 2019.

La Marsellaise d'adoption née à Alicante crée des paysages magnifiques et lumineux. Le support choisi renforce les œuvres. Elles deviennent d'immenses métaphores. L'artiste y poursuit son travail sur le cadre et l'espace à travers des paysages différents d'Algérie, d'Egypte,  de Russie par exemple.

Bovo 3.jpgSouvent ses expérimentations l'entrainent à proposer des visions nocturnes où tout semble en suspension comme au bord d'un gouffre ou d'une chute. L'espace est avant tout poétique mais  - et par incidences - le politique fait retour. Peu ou prou Marie Bovo dans ses « Stances » comme dans ses vidéos offre des visions renversées, des vides au sein de la compacité. La ville est aussi magique que pur chaos en rapprochement du Paradis et de l'Enfer de Dante - un des textes référence de la créatrice.

Bovo.jpgMais chez elle, et contrairement à l'imaginaire classique, l'enfer n'est pas en dessous ou chez les autres. Et c'est bien dans la ville voire dessus que brillent les lumières de l'Apocalypse. Il n'est pas troglodyte. Tout est à ciel ouvert. Ciel est un bien grand mot. Car il se charge de ce que les hommes en font. On peut prendre un verre sur des terrasses sans pour autant croire se laisser prendre par un romantisme exotique. Chez Marie Bovo tout est bien plus que cela : il suffit de regarder ses oeuvres pour s'en convaincre.

Jean-Paul Gavard-Perret

Écrire un commentaire