gruyeresuisse

01/05/2019

Je ne vois que toit (V)

Taylor.jpgJuke-Box et Scopitone

Avec les micro-sillons sur 45 tours la lumière sembla changer le monde, le monde changeait de lumière. Johnny Hallyday et ses "24 milles baisers" d'extraction italienne nous rendit plus légers. Ce n'était pas beaucoup mais pouvait nous suffire. J'oubliais le faubourg. Métamorphose illusoire mais métamorphose tout de même.

A nous le rêve sur les rives du Léman pour un Rock and Rolle grâce à Vince Taylor - c'était pas de Glück ni du glauqe contrairement à l'existence  du Rocker. Il ne dut sa survivance qu'à une vaudoise qu' il avait emmené jusqu'au 20 ème étage dans une reprise incroyable de Chuck Berry.

Il y eut dès lors  les Dolly Prane et Parton pour la fièvre du samedi soir sur la terre tandis qu'Evian au loin brillait de ses feux follets. Et lorsque le riz colla dans les montagnes helvètes une Vénus de mille hauts mettait le feu à nos membres. Les bras m'en tombèrent : je me voulais pianiste à la Jerry Lee Lewis et je devins  instrument triste.

Scopitone.jpgPorc peu épique du lac de Lausanne je me fis bouilleur de cruelles et d'alcool d'amantes amères. Et ce avant que le Scopitone nous achève : il y eut Les Pirates et les Chausettes Noires (sponsorisées par Stemm), Larry Greco de Genève, Danny Boy et ses pénitents. Il y eu aussi sur écran "Zizi la Twisteuse" d'un mystérieux Glenn  Jack. Ce n'était pas du Resnais mais du Lelouche tout de même. Il y faisait ses classes et nous apprîmes ainsi l'histoire des hommes et des femmes que le be bop hulula.

 

Lheo Telle (aka Jean-Paul Gavard-Perret)

 

07:47 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.