gruyeresuisse

18/04/2019

Lone Morch : moirures

 

Morch 2.jpgLone Morch remplace les propriétés de la donne initiale des corps féminins. Ils se transforment néanmoins en "visages" au sein d'un retournement narratif qui est lui-même de la relation entre le corps, l'eau ou l'air. La photographie devient le geste même de la récurrence comme porteur de contenus narratifs disparates en de tels jeux d’apparition des corps raturées en des narrations et leurs vacillations aquatiques ou autres comme fantasmes de mondes.

 

 

Morch.jpgLes propositions font intervenir à son insu le corps miroir. C'est lui qui intercepte la lumière en une attestation transmissible en termes graphiques ou picturaux. Le même devenu étranger à soi se transforme dans une phénoménologie qui est également la brisure de la psyché dans laquelle l'art se complait. Bref Morch rompt le récit officiel pour le faire devenir pensée dans des figures ou des narrations mentales.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Lone Morch, "Embody".

 

 

 

18:57 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.