gruyeresuisse

05/04/2019

Les doubles postulations de Dorothée Thébert

Thébert.jpgDorothée Thébert, "Thérèse et la Chèvre", coll. Shusslarry, art&fiction, Lausanne, 14,90 CHF., 188 p. A paraître le 1er mai.

 

Photographe généralement de scène Dorothée Thébert vit et travaille à Genève. Elle a développé aussi des créations de leurs écritures jusqu'à leur mise en scène. Depuis une dizaine d'année le livre lui sert de nouvel espace et elle s'oriente  vers la littérature par étapes. Après et pour la Bibliothèque des femmes, un projet d’écriture collective de Julie Gilbert où elle dresse le portrait de la poétesse américaine Audre Lorde elle a entrepris un projet plus ambitieux.

 

Thebert 3.jpgSon récit mélange à la fois deux temps et deux formes. Et ce à partir des deux premiers films que la future créatrice vit avec ses parents : Thérèse d’Alain Cavalier et La Chèvre de Francis Veber. Quoi de plus différents que le langage de ces deux films ? D'un côté le radicalisme au service du portait d'une sainte, de l'autre la comédie (au demeurant réussie) au service d'un lunaire désopilant.

 

Thébert 2.jpgL'artiste s'y est trouvée soumise à deux postulations contradictoires et qui l'habitent. D'un côté la recherche d'un langage poétique aride, juste, ambitieux quant au sens. De l'autre le désir de ravir et de donner une joie communicative par une forme plus souple  mais qui possèdes des qualités intrinsèques. Le livre répond en son fond et sa forme à ces deux perspectives. Il en devient l'espace. Sur la page de gauche : le récit de l’anecdote et de ses échos sur la page de gauche. À droite, le scénario d’une possible mise en situation de deux corps : de Thérèse et de la Chèvre. La créatrice trouve là le lien à la dimension passée de son travail et à celle qu'elle est entrain de créer sans que pour autant aucune page se tourne. Au contraire.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.