gruyeresuisse

24/03/2019

Redécouvrir Max Kohler

Kolher Bon bon.pngMax Kohler,"Ellipse, préambule", Circuit, Lausanne, jusqu'au 23 mars 2019.

 

Max Kohler est resté méconnu trop longtemps en dehors de la région jurassienne et soleuroise. L'artiste a pratiqué la gravure, la peinture et l'art monumental souvent avec génie tout en transférant ses découvertes d'un médium à l'autre. Il creusa la matière picturale avant de l'étaler par larges coups de pinceaux multidirectionnels qui le rapproche de Cobra. Il s'orienta aussi vers des plans déliés de ses linogravures et gravures sur bois.

Kohler Bon 2.jpgApparaissait tout un monde souvent monstrueux puis il s'orienta vers la création d'architectures plus ou moins théâtrales. Tout joue entre un art monumental et la gravure et peinture avec astres et rosaces ornementaux peints sur des tentures. Existe aussi une fantaisie où des plans en relief sont construits pour improviser avec la perspective et afin de créer des perspectives "indéfendables" et des errements afin que les yeux du regardeur s'ouvrent.

 

Kohler Bon.jpgL'artiste poussa toujours des modifications ludiques pour brouiller formes et des genres. Et non sans ironie dans une pratique artistique multiforme. Fidèle - mais par la bande - au pur esprit dadaïste, le "moi" n'est jamais au centre de son oeuvre et des ses motifs. Au sein de ses manœuvres tout est construit  afin de brouiller les pistes par des artifices visuels de mise en scène. Le "genre" n'est donc plus impératif. Il s'éteint, il sombre. L'image invente des programmations intempestives pour un devenir plus intense qui cesse de nous "parler".

Jean-Paul Gavard-Perret

15:07 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.