gruyeresuisse

23/03/2019

Etienne : Envols

Le monde du sculpteur Etienne est celui de l'élévation et de la Etienne.jpgrencontre. A l'envers des univers délétères l'artiste crée des berceaux aériens. L'oiseau est chez lui non un sceau, une signature mais l'élément premier et le langage. Même les représentations humaines lorsqu'elles apparaissent rejoignent les nuées et ignorent les cages. Alors que l'industrie du faux ne cesse d'avancer, l'artiste ramène à des exigences essentielles par ses "sublimatons".

 

Etienne 2.jpgMaître du bronze, et loin d'une perspective matérialiste, il est devenu le poète de l'essor, de l'air, d'une spiritualité particulière. Ses oiseaux ressemblent à des flocons qui montent au lieu de descendre pour toucher un peu plus le soleil comme si la vie elle-même était donnée comme présence absolue. Le mot absolu est ici à sa place : il signale la séparation éprouvée entre le monde terrestre et celui des présences habitées.

 

 

 

Etienne 3.jpgQuoique résolument de notre époque, le Grenoblois semble d'un autre temps dans son idéalisation et sa gestation pour les lignes de fuite et d'horizon. Il n'a pas besoin de les "inscrire" : elles sont implicitement induites dans un geste créateur subversif qui ne se renvendique jamais pour tel. Haro sur la pose : l'impératif n'est pas de "faire spectacle" mais d'oser d'une part le parti de l'affranchissement de la matière par la matière et d'autre part celui de la liberté métaphysique qui donne sens à la vie. Si bien que d'une certaine façon la figuration est secondaire puisque tout est affaire de vision et d'intériorié habitée.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

14:01 Publié dans Culture, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.