gruyeresuisse

19/03/2019

Olivier Rachet : et Sollers réinventa la peinture

Rachet.pngSi l'écriture ne signifie ni éternité, ni éternisation (eu égard son caractère abstrait) mais seulement une agonie, l'art à l'inverse déjoue le "devenir-mortification" autant du langage que d'ailleurs de l'image lorsqu'elle n'est pas la source d'une "dialectique" comme le précisa Sollers au moment où "Tel Quel" et le revue "Peintures" nouèrent un nouvel avenir pour l'art.

 

 

Rachet 2.jpgCette dialectique - comme le rappelle Olivier Rachet dans son essai fondamental sur Sollers et la peinture - l'auteur de "Paradis" (son chef d'oeuvre) n'a cessé de l'explorer. A partir d'une image "primitive" celle de "la divine Olympia", il a relié l'art à l'essentiel : Eros frère jumeau de Thanatos comme l'ont prouvé tous les artistes qui comptent pour lui du Caravage à Bacon (mais ce ne sont que deux noms parmi bien d'autres repères).

Sollers.pngParfois dans une forme de dialogue inventé afin d'alléger sa démonstration, Rachet prouve que l'alacrité de l'écriture de son modèle est inhérente à son "goût" (mot clé chez lui) pour un art parfois oublié, parfois ou "mal vu mal dit" (Beckett) jusqu'à lui : de Courbet à Pollet, de Fragonard à De Koonig. Sollers fut donc au centre d'une "contre-histoire de l'art" (sous titre de l'essai) et de sa révolution. Ce qui pour Rachet efface certaines errances maoistes de l'auteur. Mais celui-ci vient d'en faire sauter l'hypothèse par une belle torsion. Celle qu'il propose via Shakespeare embarqué avec lui sur le bateau de son dernier et superbe "Le Nouveau" (Gallimard).

Jean-Paul Gavard-Perret

Olivier Rachet, "Sollers en peinture", coll. Tinbal essai, éditions Tinbad, Paris, 2019, 220p., 21 E..

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Olivier Rachet, "Sollers en peinture", coll. Tinbal essai, éditions Tinbad, Paris, 2019, 220p., 21 E..

Les commentaires sont fermés.