gruyeresuisse

10/03/2019

L'orfévrerie de la ronce et des fleurs : Anaëlle Clot.

Clot 1.jpgAnaëlle Clot, "Habité", Galerie Kissthedesign, Lausanne du 6 mars au13 avril 2019.

Anaëlle Clot poursuit son travail minutieux de décomposition et recomposition qu'elle définit pour sa troisième exposition à Kissthedesign de la manière suivante : "Des formes flottantes et foisonnantes aux identités multiples. Arc-en-ciel, colline, étoffe, coquillage, coiffe, arbre, canne, coq…? Ça n'a pas d'importance, laissons-nous rêver." Il faut en effet se laisser porter par des formes et structures où forcément l'imaginaire se met en branle.

Clot 2.jpgD'autant qu'il se trouve perdu entre abstraction et figuration là où tout est tracé avec une extrême précision voire une forme de préciosité et de raffinement. L'oeil se perd dans les jeux de lacis où les choses s'enfoncent, se combinent dans un falbala de formes où la nature - dans son mysyère - demeure présente.

Pour autant ce travail n'a rien d’ornemental. Il s'agit d'ouvrir le réel à des nouvelles présences et de nouvelles émotions entre ferveurs et tremblements qui sans doute évoquent les propres mouvements de la personnalité secrète et de la vie intime de la créatrice.

 

Clot 3.jpgRésurrection, déstabilisation trouvent une langue particulière. Elle reste un manifeste du panthéisme propre au romantisme marqué parfois d'un certain sceau nocturne. Cependant les ombres comblent la profondeur des vallées cachées, elles montent vers le regard en distribuant tout ce qui respire le sommeil et les songes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Écrire un commentaire