gruyeresuisse

31/01/2019

Les si reines de Mirka Lugosi

Mirka.jpgFaut-il à tout prix maquiller et doubler par des coloriages intempestifs ce que Mirka Lugosi montre et offre ? Ce serait un sacrilège et reprendre à l'inverse le strip-tease du corps et de l'âme que la créatrice organise en des outrages dont elle garde le secret. Elle découvre le sexe comme un visage dans le sable à la limite de la mer à marée descendante. Le regard du voyeur vient s'échouer superbement sur la plage de telles épures en une ubiquité que les desssins portent en eux dans la sophistication et volupté volontairement surannées.

 

 

Mirka 2.jpgLe travail sacralise le corps féminin en le ramenant à sa fonction érotique. Bref Mirka Lugosi ne tergiverse jamais. Et ce sans la moindre condescendance ou mollesse qui concèderait   une portion - fut-elle congrue - à la morale. Le désir est moins de surprendre que d’approcher au plus près du corps en tant que sujet  ostentatoire suprême qu'il faut respirer. D'où la nécessaire transgression qui passe toujours par cette théâtralité de la théâtralité afin de faire surgir une autre vérité ou plutôt une autre vénération.

 

Mirka 3.jpgMirka Lugosi détourne par ses sirènes terrestres des images préfabriquées. Et si elle enveloppe ses "héroïnes" fragiles dans des déshabillés démodées, c’est pour mieux saisir leur beauté qu'il faut regarder sans gêne selon l'ordre implacable des voyeurs (et de quelques héros esquissés dans ces deux livres) aux aguets et trouvant là leurs cieux. Mais Mirka Lugosi est toujours plus intelligente qu'eux. Elle s'en joue : soit elle leur ferme les yeux, soit l'Eurydice les renvoie à leur stade infantile en leur offrant des livres à colorier...

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Mirka Lugosi, "Depraved housewifes'", 2 livres de coloriages, Derrière la Salle de Bains, Maison Dagoit, 2019, €12.00

Les commentaires sont fermés.