gruyeresuisse

26/01/2019

Garance Hayat et les tyrans

Hayat bon.jpgCertains textes conduisent hors de tout confort. Ils ne résistent pas au bruit du monde mais le font hurler. C'est le cas de celui de Garance Hayat. La voix est des plus nette dans ce "témoignage fictif" où tout balance entre le réel et l'imaginaire les plus oppressants. Awa y répond à l'injonction de l'auteure : "Comme chaque année de janvier à avril, je ne dors plus. Je fais des cauchemars (...) La dernière fois que j’ai foulé la terre de mon pays, j’étais debout devant une fosse gigantesque."

Hayat.jpgUn voyage au pays de l'enfer au sein d'un "océan de corps agonisants" focalise l'attention. Celles et ceux qui lisent acquièrent immédiatement un sens de communauté avec Awa. Et l'auteure devient mémorialiste de l'existence de son propre miroir. Sans s'échapper du cercle de l'intime elle produit une vision choc là où exista jadis une terre mère nourricière, un berceau de la civilisation.

Hayat 3.jpgLe ruban lumineux des mots simples mais parfois insoutenable  appelle à une restructuration. Ceux-là ne se veulent pas consolation de la pensée : ils ouvrent une boîte de Pandore. En proposant la réflexion en lieu et place d’une réponse toute prête l'auteure affronte une histoire et sa vision. Les mots échappent par la crevasse des nouveaux génocides sous le soleil de tristes tropiques face à l'indifférence du monde qui ne veut ni écouter ni regarder.

Jean-Paul Gavard-Perret

Garence Hayat, "Jamais loin des barbares", Derrière la Salle de Bains, Maison Dagoit, Rouen, 2019, 6 E..

 

Commentaires

Faut avoir connu la barbarie et l'exil de son pays pour être vraiment de la communauté Awa. Mais JPGP souligne l'enfer avec peu de mots toujours bien bombardés .

Écrit par : Villeneuve | 26/01/2019

Les commentaires sont fermés.