gruyeresuisse

07/01/2019

Les horizons de Kathrin Kunz

Kuntz.jpgKathrin Kunz, Gisèle Linder, Bâle, du 19 janvier au 10 mars 2019.

 

Katrin Kunz oppose à l’enrobement narratif de l’univers son spectre selon une discontinuité charpentée de lignes et de couleurs. Elle développe une abstraction géométrique au sein de trames subjectives et non sans parfois un certain clin d'oeil implicite. Kathrin Kunz refuse de mettre du postiche ou un masque sur le réel : elle préfère une fécondation minimaliste particulière où ne subsistent que quelques lignes de sédimentation.

Kuntz 2.jpgDe la dépouille du monde ce n’est pas l’artefact de la mort qui jaillit mais une paradoxale renaissance de ce qui est occulté dans le rouleau du temps. Kathrin Kunz grâce au mouvement imperceptible qui déplace les raies spectrales, trouble l’idée même d’image et de son ensoleillement. Demeurent une étrangeté, un étrangement. Ils ouvrent les oeuvres à une autre présence. Celle-ci évoque le survisible qu'il faudrait d'ordinaire deviner en clignant des yeux vers la lumière du ciel ou en les baissant pour se repérer dans un territoire désert là où la peinture ouvre sur des horizons singuliers.

Jean-Paul Gavard-Perret

Écrire un commentaire