gruyeresuisse

02/01/2019

Rêveries du promeneur non solitaire : Alain Nahum

Nahum.jpg

La fascination de Nahum pour la notion de trace dans "le coeur de la ville" (Baudelaire) est révélatrice de son travail. Le promeneur ne rêve pas, il est attentif à tout ce qui fait signe, revient éventuellement sur ses pas, capte avec son appareil photo moins pour montrer que pour nous apprendre à voir. C'est lors d’un voyage en 2014 qu'il découvre Tokyo. Il est fasciné par la beauté énigmatique des visages et l’élégance des corps, il observe les passants qui demeurent pour lui impénétrables, énigmatiques.

Nahum 3.jpgPour saisir ce « peuple-photographe » et faire ressurgir son mystère il se veut ni spectateur, ni témoin mais créateur de regards croisés entre deux continents. Se mêlant à la foule il choisit de photographier "à hauteur des visages" sans " jamais cadrer en mettant l’œil dans le viseur" afin de rester en contact avec le regard de l'autre.

Nahum 2.jpgL’arrêt sur image est remplacé par un "arrêt par l’image" à l'instant de la rencontre avec l'inattendu qui devient une évidence. Jaillit chaque fois de l'insolite là où ce qui reste hors cadre devient une diégèse. Elle nourrit l'évidence. Une émotion soudaine frappe soudain. Nahum fait passer de l’ordre du dehors  au désordre du dedans et vice-versa. Ce qui s’inscrit n’est plus de l’ordre de la représentation mais de la présentation à laquelle il faut se confronter avec empathie afin de comprendre ce que ça cache.

Jean-Paul Gavard-Perret

Alain Nahum, "Tokyo Eyes" avec les Firebox de Richer Meier, Halle Saint Pierre, janvier 2019.

 

Commentaires

Hâte de voir tout ça!

Écrit par : peytavi | 02/01/2019

Les commentaires sont fermés.