gruyeresuisse

01/01/2019

Pinocchio n'est pas de bois - Yve Bressande

Bressande.jpg

Yve Bressande poursuit le recueil(lement) de ses pensées intempestives entre l'aphorisme et l'haiku mais sans jamais se prendre pour un poète voyant. En isolant le fond contextuel de la pensée elle prouve que sa circonférence n'est intéressante que lorsque son cercle est vicieux.

 

 

Bressande 2.jpg

 

Les belles des champs y prennent le rhume des foins face aux Saturne aux taciturnes burnes. Pour chacun les fins du moi semble difficile et sont parfois (surtout lorsqu'ils tombent le dimanche) "un plat de radis sans ciel". Chez Bressande néanmoins l'essentiel est tailleur. L'auteur coupe toutes les mises. Perdants faites vos jeux !

 

 

Bressande 3.jpgCertains d'entre eux croient trouver la martingale en pensant "comme les cons que l'an 2000 est passé". C'est faire beaucoup de cas d'une calendrier qui n'est qu'un cas d'espèce dont l'espace comme l'animal rit. Le poète avance d'un pas plus sûr tout en oubliant le second et c'est ainsi que la pensée trébuche. Le logos admis est réduit à l'état de médicamenteur par notre docteur généraliste. Il se mouche dans son éthernuité.

Jean-Paul Gavard-Perret

Yve Bressande, "Avec un long nez", Gros Texte, Fontfourane, 2018.

Les commentaires sont fermés.