gruyeresuisse

01/01/2019

Maïa Mazaurette : sans y toucher - enfin presque

Mazaurette.jpgEtre seulement créatrice de tendance à la mode, Maïa Mazaurette - journaliste, blogueuse er romancière - ne s'en contente pas. Son job c'est pas de déshabiller seulement les corps mais de les faire désirer et jouir comme il faut. Coeur avec. L'objectif reste aussi  de secouer le cerveau, de démonter des gueule à l'amour, pour apprendre un peu plus d'égoïsme chez les femmes et un plus d'attention au plaisir de sa partenaire chez les hommes Et pas seulement les jours de fête.

Mazaurette 3.jpgChacun y gagnera. Jusqu'à la planète elle-même. A sa manière l'auteure impertinente est une Anaïs Nin. Elle se moque des tabous, joue des stéréotypes, les exhibants pour rebondir dessus. Elle rappelle que le désir se traverse et que l'amour lui même n'existe que s'il devient "l'âme à tiers" (Lacan)?  Bref, avec un peu de sagesse nous pouvons nous affranchir de tout - pour peu que l'amour soit sale et non un sale amour.

Mazaurette 2.jpgMaïa Mazaurette fait préférer le salace de fruits verts ou mûrs aux salages des interdits. Elle fait briller le dessous des carapaces: chacun chacune lui en rendent grâce et rêvent de se retrouver phagocytés par des baisers empoisonnés qu'une goutte de Chanel fait instiller avant de redevenir poussière et foutre désséché. L'amazone est plus déesse que sorcière. S'affranhissant de tout et avec le temps, elle sait que le plus important dans la vie ( avec le sexe et la tomate mozzarella ) demeure  d'assumer tout et d'être bienveillant avec toutes. Ce qui demande néanmoins un peu de technique kinesthésique.

Jean-Paul Gavard-Perret

(Voir ses différents blogs sur Internet)

Les commentaires sont fermés.