gruyeresuisse

31/12/2018

Extension de la lutte féministe - Josephine Sacabo

Sacabo.jpgAvec "Tagged" Josephine Sacabo crée une autre vision des injustices subies par les femmes. Elle y inscrit à sa manière "je ne suis pas cette femme" - à savoir celle qui est réduite à une chair ou surface aux fantasmes. Face au graffitis chargés d'insultes misogynes et les opposant à des images "sexy" elle crée une confrontation communiquante. Ce que le texte pose, l'image le dépose et vice versa. Et ce pour une cause commmune et une annulation de la bêtise stéréotypée que les deux contiennent.

Sacabo 2.jpgDevant et pour celles qui restent la cible de la rage et de la frustration exprimées par des injures gratuites l'artiste réagit. Ses montages saisissants, surréalistes empreints d'une indéniables beauté n'ont rien de passifs. Ces photographies ont été présentées dans des expositions (galeries et musées) aux États-Unis, en Europe et au Mexique où l'artiste vit une partie de l'année. Elle prouve comment une image parle un texte et comment le second montre la première pour souligner la nuit dans laquelle l'évocation des femmes baigne.

Sacabo 3.jpgPlutôt que de subir l'offense faite aux femmes Josephine Sacabo fait jouer textes orduriers et images de volupté supposée. Les deux sont chiasmés l'un sur l'autre. Ou bien le texte se distingue au fond de l'image ou bien elle se distingue entre les lignes des slogans. L'image scintille et le texte rend un son mat. L'image est muete et le texte grésille. Chacun est à la fois le distint et l'oscillant de l'autre afin de prouver un pouvoir masculin abusif et la superficialité des représentations dites de charme.

Jean-Paul Gavard-Perret

Josephine Sacabo, "TAGGED", A Gallery For Fine Photography, 241 rue Chartres, La Nouvelle Orléans, jusqu’au 12 janvier 2019.

Les commentaires sont fermés.