gruyeresuisse

19/12/2018

Dans les coulisses du temps : Christoph Eysenrig

Eisen.jpgChristoph Eisenring, "Gleichzeitger Raum", Galerie Gisèle Linder, Bâle, jusqu'au 8 janvier 2019.

Pour sa troisième exposition à la galerie Gisèle Linder, Eisenring monte une installation portant le titre "Gleichzeitiger Raum" ("espace simultané"). S'y rassemble une suite de fragments. Ils peuvent laisser croire à une recréation (réparatrice ?) du temps et de l'image là où plus de 200 sabliers ont été fracassés. Leur contenu qui matérialisait les heures a été enlevé et appliqué contre la paroi intérieure de la vitrine de la galerie. Ces deux actions ( brisure et déplacement) sont deux manières de montrer que l'art ne peut rien contre le temps sinon se venger contre celui qui le subit et l'affronte là où subsiste encore un seul objet vide purement esthétique mais dérisoire et minimaliste épave sauvée du carnage.

Eisen 3.jpgEntre le verre et la sable s'opère aussi et implicitement un jeu de transfert. Tout ce qui indiquait le mouvement est arrêté entre violence des arrêtes du verre brisé et la ténuité des matières. Une interrogation complexe, radicale et poétique sur le temps, sa gravitation de mesure et dé-mesure est instruite à travers l'espace. Des opposés apparents Eisen 2.jpgs’entrecroisent et se révèlent "en même temps". L'art devient le cirque ténu et silencieux de "durations" spatiales.

 

 

 

Une nouvelle fois Gisèle Linder offre par son travail de galeriste un univers essentiel. Il pousse plus loin la notion d'image. C'est une question de sur-vie et non de survivance. Si bien que sa galerie reste un lieu majeur non seulement de l'art en Suisse mais dans le monde. Avec Eisenring le temps va, revient, demeure ou s’estompe jusqu’à ce qu’un incident de «parcours» fasse remonter de «vieilles images sourdes» chères à Beckett et dont la lumière saisit à l’improviste et dans ce "blank" de l'anglais. Elle se retrouve dans l'exposition adjacente : "Siberien" de Nicole Miescher. Les deux créateurs font la paire dans des aperçus aux fugitives lucioles. Elles «grattent» le regard là où ça fait mal mais savent  le caresser où ça fait du bien. Preuve que la beauté existe en un espace dépouillé, dépeuplé en libre nature ou dans un temps autre mais qui reste dans le nôtre.

Jean-Paul Gavard-Perret

16:28 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.