gruyeresuisse

14/11/2018

Hopper au féminin : Hannah Starkey

Starkey 3.jpgDepuis le milieu des années 1990, la photographe nord-irlandaise Hannah Starkey travaille le sens du féminin à travers sa pratique de la photographie couleur. Les femmes jouent donc un rôle capital. L'artiste leur propose de devenir des partenaires - qu'elles soient amies, actrices ou anonymes rencontrées in situ. L'artiste crée un mixage entre le naturel et la sophistication comme Hopper sut le faire en peinture.

Starkey 2.jpgHannah Starkey soigne le cadre, la composition, les couleurs et la lumière pour créer des suites d'attente et de suspense en ses narrations poétiques et mystérieuses. Sensible à la lutte des femmes qu'elle connut à Belfast pendant la guerre civile des années 70 elle a vécu la violence de ce conflit dans une société patriarcale. Depuis l'artiste s'est apaisée et cultive une pratique de promeneuse et offre un contrepoint à une vision féministe radicale.

Starkey.jpgSe fondant sur les langages et les techniques de nombreux genres photographiques mais aussi picturaux, cinématographiques elle devient la poétesse expressionniste de la rue, du commerce, de la mode et des espaces afin d'explorer le pouvoir et la vulnérabilité des femmes. Elle s'interroge sur ce que veut dire appartenir à un tel genre en un univers qui demeure encore largement fait pour les hommes et par eux.

Jean-Paul Gavard-Perret

Hannah Starkey, "Hannah Starkey 1997-2017", Mack, Londres, 2018, 40 £, 45 E

Les commentaires sont fermés.