gruyeresuisse

13/11/2018

Perrine Le Querrec : fol asile

Le Querrec.jpgPerrine Le Querrec déstabilise les schémas de la représentation de l'asile. Sa manière de casser les portes posent comme racines deux questions : qui enferme-t-on et comment ? Inspirée par une nombreuse documentation et des lectures idoïnes, la poétesse réinvente un fol asile avec l'aide de la plasticienne Alexandra Sand.

Sans renier un tel lieu dans son essence, l'artiste le recompose, le réincarne et le déplace. En cette approche, comme souvent chez l'auteur, le document et l'archive sont importants. Mais à l'amoncellement l'auteur préfère ici diverses entrées allusives. Elles permettent de comprendre l'ensemble des cinq posters de Sand.

Le Querrecx 2.jpgPerrine Le Querrec fait pénétrer ses propres émotions en un périple initiatique. Le voyage de ce qui est considéré comme nocturne prend une autre nature. Aux couloirs arides font place des traversées du désir que la normalité estime obviée. Il s'agit de franchir le mystère des lisières et de s’engouffrer dans un espace qui n'est plus considéré comme exil ou abattoir mais abri et protection face à un dehors où la folie n'est pas forcément moindre.

Jean-Paul Gavard-Perret

Perrine Le Querrec, « La Construction », coll. Varia, art & fiction, 2018, Lausanne, 45 E.

Les commentaires sont fermés.