gruyeresuisse

12/11/2018

Marianne Faithfull : superfétatoire

Faithfull 2.jpgVoici un disque qui s’écoutera pour la seule présence de Nick Cave. Hors sa présence, pas de salut. Marianne Faithfull poursuit certains avachissements vocaux. Ils font sa marque de fabrique depuis trois ou quatre albums. Les plus méchants diront que cela dure depuis toujours.

Faithfiull.jpgDans ce dernier album tout s'effiloche – comme les prestations scéniques d’une artiste qui apparemment méprise le public dans ce qui tient d'un foutage de gueule organisé. La créatrice exploite sa légende et une aura douteuse même si il y a une dizaine d’années elle put un poli,surprendre un poil avec "Esay Come, Easy Go" et "Before the Poison".

faithfull 3.jpgWarren Ellis qui produit l’album fait ce qu’il peut : un ou deux morceaux sont écoutables mais pas question de remettre ça et de subir la purge plus longtemps. C'est pour un tel album que s'émet l'idée de la fameuse "résurrection" de l’artiste. Mais avait-elle vraiment surgi ? En tout état de cause « Broken English » est bien loin : l’artiste vit d’avoir survécu au Rolling Stones. C’est du sous, sous, sous Leonard Cohen ou Dylan. Est-elle touchante ? Oui si l’on fait référence à son âge. Pour le reste tout reste d’un ennui crasse et souffreteux. Les preux chevalier de Marianne n’en peuvent mais - ou rendent les armes.

Jean-Paul Gavard-Perret

Marianne Faithfull, « Negative Capability », label BRG, 2018

15:43 Publié dans Femmes, Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.