gruyeresuisse

10/11/2018

Robert Ireland : la charge des images

Ireland.jpgRobert Ireland; "Essais", Skopia,  Genève, du 17 novembre au 22 décembre 2018.

Avec l'Américain Lausannois d'adoption la charge des images est des plus dense. Une épaisseur en jaillit mais selon une poésie des structures et de la matière. Tout suggère les diverses strates d'«Inframémoires»  personnelles ou collectives. Ireland cherche à capter une structure plastique labyrinthique par reprises de sortes d'archivages visuels. Tout se fonde superbement sur le vide traité à l'envers, par coupes sombres entre dérisoire et sérieux. L’artiste propose en conséquence une poétique de l’architecture de l'abandon plus que de la ruine. S’y déploient l’usage et l’usure de l’art, un jeu de « souvenances » (titre d’un livre de l’artiste) et une saisie du paysage (ou ce qui en tient lieu) en tant que textes armés d'accumulations de signifiants par codicilles de matières et de poussière blanche.

Jean-Paul Gavard-Perret

Écrire un commentaire