gruyeresuisse

06/11/2018

Evangelia Kranioti : parfum poivre et safran de femmes

Evangelia.jpgEvangelia Kranioti est née à Athènes  où elle a fait des études de droit puis est partie en France où elle vit après ses études à l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris et à Tourcoing au Fresnoy, Studio national des Arts Contemporains. Son travail comprend la photographie, la vidéo, l’installation et connaît déjà une reconnaissance internationale.

Evangelia 2.jpgIl se caractérise par la densité et la profondeur sombre des couleurs et l’aspect cérémonial de ses mises en scènes. Le regardeur en dépit de l’érotisme et l’exotisme apparents n’est jamais réduit à l’état de voyeur ou de voyageur. Le transport est différent : il se fait dans l’image qui pousse plus loin l’idée du corps et du visage comme du paysage. Existe toujours dans ses œuvre une stratégie subtile de visibilité et d’existence là où s’éprouve un parfum de nostalgie.

Evangelia 3.jpgLa créatrice possède un sens inné de l’image mais ne s’en est pas contentée. Elle a peaufiné  son approche  de cérémonies étranges afin d'atteindre une perfection formelle. Toutes ses images « parlent » de solitude et d’exil comme si les rêves espérés avaient besoin de sous titres pour exister. Les mouvances fixées  portent vers des espaces inexplorés au sein de la présence du corps et de l'architecturale très éloignées des propositions visuelles de la communication et de publicité. La créatrice crée flux à contre-courant. Elle arrête le premier pour laissant couler le second. Elle  flirte constamment avec une réalité  qui n’existe plus ou pas encore là où apparaît souvent un filigrane une critique constante du post-colonialisme. Si bien que la nostalgie n’est pas forcément celle qui était attendue.

Jean-Paul Gavard-Perret

10:44 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire