gruyeresuisse

03/11/2018

Erik Madigan Heck au Locle : la solitude des femmes

Prager 2.jpgErik Madigan Heck, "Old Future", Musée des Beaux-Arts, Le Locle, du 3 novembre au 21 janvier 2019

 

La roue du temps passe. Mais Erik Madigan Heck en retient des arpents de manière drôle ou sérieuse mais toujours selon une perfection picturale. Si bien que celui qui fit ses gammes dans la photo de mode dont il devint un maître est passé directement dans le domaine de l'art.

 

 

 

Prager 3.jpgA cela une raison majeure : Dans ses photographies l’ombre se pend à la lumière par effets de couleurs dans des narrations intempestives et en grandes pompes du corps soumis à des situations extrêmes ou d'apaisement là où le passé tient la verge du présent assoupi. Il y a là des stations du chemin de croix où la religion n'a plus sa place. Les couronnes d’épines et les clous brûlés par le soleil des suppliciés sont remplacés par un érotisme larvé : Dieu s'y égare, il jette son son loup noir dans la flaque où marine le fantôme d’Héliogabale.

 

Prager.jpgL'artiste commande des rites acéphales, des situations paroxysmiques ou placides. Rien n'a lieu que le lieu où plane le mystère. Le photographe corrompt l’excès par l’illimité, le repos par le mouvement. Au-delà des paroles et des spasmes : le cri ou le silence. Mais dans tous les cas souvent la femme brise le cercle de la passivité, elle reste la Toute-Regardée. Elle ne sera jamais la chienne qui se traîne aux pieds de son Dieu.

Jean-Paul Gavard-Perret.

Commentaires

La Toute-Regardée n'est que chienne de garde des secrets .L'ex photographe de mode l'a compris . Le petit arpent du Bon Dieu reste le lieu des mystères embaumés .

Écrit par : Villeneuve | 03/11/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire