gruyeresuisse

13/10/2018

Radoslaw Pujan : l'inversion du voyeurisme (ou presque)

Pujan 3.jpgRadoslaw Pujan est le maître d'un double jeu. Le voyeuriste est mis devant son fait accompli. Mais en même temps l'auteur livre au curieux ce qu'il attend. Certes de manière ironique mais cela n'empêche pas aux fanstames de suivre leur cours.

 

 

Pujan.jpgC'est une manière de jouer d'une double mise en abîme par des reflets ou jeux de miroir. L'ambivalence est donc soulignée par l'insolent praticien là où tout est prémédité. Déclinant en noir et blanc ses stratégies le photographe se comporte en véritable compositeur. L’image devient duale, elle se distribue en secondes et en tierces. La dénudation n’est jamais frontale : elle passe par la reprise incessante de l’expérimentation formelle.

Pujan 2.jpgIl est d’ailleurs possible que dans un tel cadre le recours au nu soit capital puisque tout y est affaire de courbes et lumière et que paradoxalement ce thème touche à l’indicible, au rite plus qu’à la préhension et au tapage. Le corps fixé instruit la duplicité qui n'a plus besoin d’autre commentaire qu’elle-même. Le seul possible est la montée des circonstances  qui préside autant à la prise de vue qu'à son "objectif".

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

Écrire un commentaire