gruyeresuisse

09/10/2018

Mathernité

Mathern.jpgMaîtresse femme et artiste Stéphanie-Lucie Mathern poursuit son travail iconoclaste fondé sur une dérision souvent impitoyable. Dans les jeux d'oppositions entre absolu et désenchantement l'artiste fait éclater les formes et les couleurs au moment où son invité cultive plutôt cinquante nuances de gris. A chacun sa manière à la fois d'évoquer une tristesse voire une détresse mais aussi de s'en moquer.

Mathern 2.jpgLes deux créateurs ouvrent des fondrières où la lumière noire s’évade plutôt que s’amenuiser. Ils ne cherchent pas forcément l’éclaircissement mais témoignent de la complexité de l’existence. Leur « Cosa » est aussi mentale qu’affective. Reste un plein de matière émotive qui secoue forcément en divers états vibratoires et un vertige. L'image tranche ce que les mots ont souvent du mal à séparer (sauf lorsque Stéphanie-Lucie Mathern) s'en empare.

Mathern 3.jpgAfin de suggérer le gachis, les deux artistes parfois accélèrent le temps, parfois le ralentissent. Ils restituent ce qui dans le mouvement est généralement imperceptible - un peu à la manière de ce qu'un Pol Bury proposait. Les deux créateurs ouvrent le chaos du monde mais de manière savamment agencée afin qu'il "parle". C'est là une des manières de structurer l'informe et le figurer de manière saisissante et ludique (comme le titre de l'exposition l'indique).

Jean-Paul Gavard-Perret

Stéphanie-Lucie Mathern, « Je me prostituerai pour la postérité » (avec Alex Sanson en invité), Galerie Bertrand Gillig, Strasbourg, octobre 2018.

Écrire un commentaire