gruyeresuisse

03/10/2018

Kourtney Roy la Sauvage

Roy 2.jpgAvec « Sorry, No vacancy » Kourtney Roy poursuit ses auto scénographies décalées, drôles et absurdes nourries de références hollywoodiennes dans les déserts ou les espaces suburbains de l’Ouest américain (ici son Texas natal).

Sur des routes perdues dans le désert, devant des magasins ou cités fantômes, l’artiste devient une héroïne en dérive au sein de divers types de mises en abyme. Existent là des séquences de films. L’importance du détail et de l’atmosphère est omniprésente.

Roy.jpgToute une mémoire, réelle ou imaginaire y est engagée là où se lient l’anecdote secondaire (quoique capitale) et l’intimité de l’artiste. Elle reste le personnage clé de scènes aussi banales qu’étranges et perturbantes. S’appuyant sur « les caprices du hasard » l’artiste crée tout un jeu grave mais ludique dans ce qui demeure sans prises pour le regardeur. Tout reste béant entre la réalité et le fantastique.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Les commentaires sont fermés.