gruyeresuisse

30/09/2018

Terry Rodgers : mixed up confusion

Rodgers 2.jpgTerry Rodgers partage sa vie entre Washington, le Massachusetts, et l’Ohio. Le monde de l’art l’a découvert en 2005 au « Art Basel ». Il est depuis exposé dans le monde entier et en Suisse au Kunstmuseum Bern et au Zentrum Paul Klee. Dans ses œuvres il montre tensions et confusions en dénonçant par ses propres assemblages combien l’imaginaire est le produit de l’influence des médias qui trompent le regardeur. L’artiste le leurre lui-même en juxtaposant des scènes glamour mais néanmoins le but est de montrer combien nous sommes vulnérables à de telles visions pratiquement « hors sol » pour la plupart d’entre nous.

Rodgers.jpgCes images ne sont en rien des instantanés ou les tranches de vie, mais plutôt une dissection de ce qui nous fascine mais qui est discordant par rapport à qui nous sommes. Bref l’artiste pratique un décalage subtil, une discordance où il ne s’agit pas de se faire prendre par une vision première.

Rodgers 3.jpgLe monde du paraître se déglingue pour sonner mâtine lors dès l’érection de nuits chaudes de divers « parties ». Il y a là des femmes au physique d’exception mais une certaine déréliction est omniprésente. Nulle gaieté en de telles épopées qui deviennent dérisoires et empreintes de vacuité d’une forme d’illusion suprême où le - suave devient farcesque en des chansons de gestes pleines d’embrouilles.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les œuvres de l’artiste sont visible à Aéroplastics (Bruxelles)

 

 

Les commentaires sont fermés.