gruyeresuisse

28/09/2018

Rémy Disdero : à feu et à "sans"

Disdero bon.jpgEst-ce où finit le ciel que commence la terre ? Pour sûr c'est en elle que son bleue se noie. Si bien que l'appeler planète d'une telle couleur reste une vue de l'esprit sauf peut-ête pour les cosmonautes en partance vers l'ailleurs. Sur elle Remy Disdero fait pleuvoir des mots en gouttes de nuit. La neige elle-même y semble sale. Le corps du temps s'y recourbe et parfois vibre de fragments de foudre. Des soifs voudraient écrire des sources pour nager vers l'arbre-prière sur la brise des échoués. Mais ne reste au bas de la ville "que le froid de la nuit qui vient à ronger les peaux des clochards".

 

Disdero bon 2.jpgLe sommeil n'est plus - sinon le grand. La terre n'est que désordre. On voudrait croire à des destins adoucis mais le poète et artiste Rémy Disdero est trop lucide pour ça. Même les petits bonheurs ne viennent plus de la nature. Celle-ci tourne à un certain désastre Peu de princesses de l'azur : dans le puzzle humains beaucoup de pièces sont noires. La paix est rarement au rendez-vous là où les chiens rodent. Difficile pour le poète qui a connu bien des galères de retrouver l'enfant qui sommeillerait dans chaque pli de sa peau vieillissante. Les perdants ne sont plus magnifiques : l'homme est le peu qu'il est avec son corps "en plâtre mou" et son nez d'alcoolique. Chacun est un bout de bouc. Le poète compris. Avec son goût de pas encore, de désaccords et de déjà tout.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Remy Disdero, "Oaristys et autres textes", Ediutions Cormor en Nuptial, 128 p., 2018.

Les commentaires sont fermés.