gruyeresuisse

20/09/2018

Muriel Valat-b : Naissance de la lumière

Valart 2.jpgIl existe dans les dessins de Muriel Valat-b de la place pour une pluie de lumière dont les halos s’interpénètrent dans l’alternance des lignes. Le tout non sans douceur.Les zébrures viennent de partout, ça s’entrecroisent, ça flue en sarabandes et ritournelles du jour. Existent des séries d’aperçus. L’épaisseur des choses se dilue et les poèmes choisis par la créatrice rentrent en césure avec le dessin.

Valat.jpgElle propose des stases contemplatives qui permettent une liberté d’interprétation. Nous pouvons regarder et respirer dans de telles surfaces où tout circule avec à peine quelques références réalistes ou architecturales. Dans une fixité inhérente au dessin tout se déplace et dépayse pour mettre à nu l’évidence de la lumière. A mesure que l’artiste lui lâche la bride, le chant des lignes a lieu.

Valat 3.gifNul habillement ou décoration : juste ce qui est nécessaire afin de créer l’esprit de la clarté que les « filets » n’entravent pas mais soulignent. Leur profusion ressource l’épicentre du jour dès la déambulation matinale qu’un tel livre instaure. Il semble avoir une sensation d’avance sur nous. Nous étions endormis : il nous réveille par la fée des secrets qui devient « incicatrice » et instigatrice : bref, le jour est ce qu’il est et ce qu’il devient.

Jean-Paul Gavard-Perret

Muriel Valat-b, « La nuit est usée », Voix Editions - Richard Meier, Elne, 2018.

Les commentaires sont fermés.