gruyeresuisse

16/09/2018

Les délocalisations de Sylvain Croci-Torti

Croci-torti.jpgSylvain Croci -Torti, « When the Horses - new works », Galerie Joy de Rouvre, du 14 septembre au 10 novembre 2018

Spatialiste à sa façon, mais aussi abstracteur de quintessence et artiste conceptuel et minimaliste Sylvain Croci-Tortis propose une peinture où la couleur remplit presque totalement les surfaces avec des effets de saturation de densité qui n’excluent pas une sorte de légèreté. Le vide et le plein se répandent en un effet de répétition et de décalage. La peinture parle par elle-même au sein des monochromes et leur effet de platitude rehaussée de quelques éléments géométrique. Ils accordent à la toile en une forme de translucidité poétique.

Croci-torti2.jpgTout semble délocalisé et il convient de se laisser perdre dans un espace où les repères se dissolvent en couleurs limoneuses. L’artiste ne prétend pas à un radicalisme : mais il est pourtant présent. . Le tout conduit à une quintessence et une condensation. Il n'existe pourtant jamais dans un tel travail de reprise un effet de nostalgie ou de mélancolie. Et ce qu'annonce la peinture est toujours dissipé par l'attrait d'un temps à investir par la plastique et d'un espace à libérer.

Croci-torti 3.pngL’espace créé permet à la peinture de sortir du temps pulsé. Les instants paroxysmiques sont effacés au profit d’une constance. L’œuvre « cadre » divers type de leurres et de quelques zébrures : un imaginaire de lumière crée de nouvelles conjonctions que le spectateur peut reconstruire à son profit. Elles jouent contre les images habituelles par un travail de recomposition d'un signifiant volontairement manquant afin de créer une béance et une interrogation. Et un plaisir certain.

Jean-Paul Gavard-Perret

Les commentaires sont fermés.